Accueil

 

Article TELEGRAMME

DOUARNENEZ LE 10/02/2015

L'association Tri-Na-Val est venue récupérer hier au port de plaisance un bateau abandonné depuis quatre ans. Elle va le restaurer et lui donner une nouvelle vie. C'est le fruit d'un travail mené par EcoNav, toujours mobilisée sur ces navires en fin de vie, qui a fait le lien entre les différents acteurs.

© Le Télégramme

C'est un joli voilier de sept mètres, désespérément amarré depuis 2010 à une bouée du Port-Rhu. Le Kirikou n'est pas beaucoup sorti dans la baie, son propriétaire n'ayant pas le loisir de s'en occuper. « Passé l'enthousiasme qui suit l'achat, les gens manquent parfois de temps : c'est un profil que nous voyons souvent, nous en connaissons bien d'autres », souligne Jean-Baptiste Fleitour, directeur du port de plaisance, de plus en plus vigilant sur ces « bateaux ventouses ». Abandonné, Kirikou a cependant un atout : son état est plutôt correct. Il vient de prendre la direction du Nord-Finistère pour connaître une renaissance.

© Le Télégramme

Trois navires à la fourrière

 

C'est que l'objectif écologique est prioritaire : durant la rénovation, l'antifouling va par exemple être gratté à la main. Le bateau sera ensuite utilisé par l'association pour des balades, ou revendu à un prix très faible, le nouveau propriétaire s'engageant à signer une charte écolo. La remise en état est assurée par des personnes employées en Esat lors d'ateliers, le samedi après-midi. Du côté du port de plaisance, cette nouvelle possibilité pour lutter contre les « bateaux-ventouses » est évidemment bien perçue. « Encore faut-il savoir bien discerner ceux qui peuvent avoir une nouvelle vie et ceux pour lesquels il est trop tard, et alerter les propriétaires au bon moment », notent Jean-Baptiste Fleitour et Erwan Le Floch, adjoint au nautisme. Le travail sur les « verrues » du port se poursuit : après injonctions, trois d'entre elles sont actuellement à la fourrière.

 

© Le Télégramme -

Intérêts multiples

 

 

Mobilisée sur la question des bateaux en fin de vie, après sa première collecte en octobre dernier, l'association douarneniste EcoNav a en effet mis le port de plaisance et le propriétaire en relation avec l'association Tri-Na-Val. Basée à Henvic, elle est venue hier après-midi le récupérer pour pouvoir le restaurer dans son hangar. « Le port voit une place se libérer, Tri-Na-Val récupère un navire pour un euro symbolique, et le propriétaire a compris son intérêt : il évite de payer une déconstruction », résume Benjamin Simon, chargé de mission à EcoNav. Même si le prix d'une démolition a baissé, grâce à un système de collecte mutualisée et des aides du port, c'est toujours un coût en moins... C'est le cinquième navire ainsi récupéré par Tri-Na-Val, le premier dans un cadre « institutionnel », en relation avec un port de plaisance. Créée en mars 2014, l'association veut ainsi donner une deuxième vie à des bateaux oubliés. « Si l'on peut éviter de déconstruire et d'envoyer ainsi des déchets à incinérer, ce n'est que mieux », résume Laurent Toupet, président de l'association, présent hier pour la collecte du Kirikou avec deux de ses adhérents.

 

© Le Télégramme -

 

Le SIROCCO mk2 31

 

Nouveaux dons

Le Menhir "Jos 2"Bateau de pêche nous a été donné pour 1 euro symbolique par Monsieur Bernard Fouillat membre d'honneur à Trégunc dans le Finistère.

Ce beau bateau, une fois retapé pourrait servir de bateau pour la découverte de la pêche en mer sur le secteur de Carantec.

Merci encore au nom de tous les bénévoles de Trinaval.

 

kirie baleinier super

Merci à Fabien Briand adhérent pour le don du sirocco qui va permettre a l'association de faire naviguer tous les adhérents .Toujours dans un projet social et solidaire.

 

 

Edel 2

 

 

BENETEAU PIRANHA MK II

 

 

 

 

TRI NA VAL OUEST

 

 

BREST 2016

 

Adhérez à TRINAVAL

 

Sorties en mer de 10H à 17H

30€ (sortie et adhésion)

 

Renseignements et inscriptions auprès de Jean-Yves

06 37 43 61 48

Une équipe bien soudée autour d'un projet de qualité. L'assemblée générale de l'association Tri na val s'est déroulée samedi 7 mars, en présence de nombreux adhérents. Après avoir rappelé les objectifs de l'association, Laurent Toupet a fait le point sur les cinq bateaux reçus en dons et actuellement en chantier. Certains pourront être vendus pendant l'année. Il est rappelé que seuls les bateaux composites peuvent susciter l'intérêt de l'association.

 

Les projets 2015 L'association aura la possibilité de gardiennage de bateaux de petite taille; des puces de mer au Pont de la Corde se dérouleront le 13 juin, avec le concours de la mairie ; une nouvelle entité Tri na val va se créer dans le Morbihan Enfin, le président Laurent Toupet a remercié chaleureusement tous les donateurs de matériels neufs qui serviront à mener à bien la réfection des bateaux. Le bilan financier de 2014 a été approuvé par l'ensemble des membres participants.

 

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/finistere/henvic/tri-na-val-des-puces-de-mer-le-13-juin-14-03-2015-10557557.php

AG du 7 mars 2015

Puces nautiques 2015

 

L atelier

 

 

ARTICLE OUEST FRANCE

Créée en mars 2014, l'association Tri-na-val Ouest permet d'évacuer les bateaux ventouses dans les ports ou ceux hors d'usage et polluant la bande côtière, tout en contribuant à la préservation écologique du littoral, grâce à l'utilisation de produits et de méthodes éco-responsables.

 

Il n'est pas si simple de récupérer les épaves. Les démarches pour retrouver les propriétaires sont souvent longues. Les recherches sont effectuées par les affaires maritimes qui accordent les autorisations de récupération.

 

À ce jour, quatre bateaux ont été légués, soit par le chantier naval de Roscoff ou par des particuliers, ce qui a permis d'ouvrir trois ateliers de restauration : bois, mécanique et matériaux composites. Depuis le mois d'octobre, ce sont des personnes bénévoles et volontaires, dont la plupart viennent d'établissements et de services d'aides par le travail, qui se retrouvent le samedi après-midi dans ces ateliers, afin de remettre en état les bateaux. Ainsi valorisés, ils donneront l'opportunité aux membres de l'association d'effectuer des balades en mer ou de pêcher. Certains navires seront revendus au profit de l'association.

 

Selon Laurent Toupet, président de l'association, « le travail que nous effectuons dans nos ateliers est un loisir productif et soucieux de l'environnement, tous les déchets sont triés, les travaux ne polluent pas, les adhérents s'investissent avec beaucoup d'ardeur et de plaisir. »

 

À ce jour, Tri-na-val Ouest recherche des bénévoles encadrants afin de diversifier ses activités, ainsi que des dons. L'association récupère tous les matériaux provenant de vieux bateaux qui seront stockés, nettoyés et réutilisés, il reste de la place dans le hangar atelier. N'hésitez pas à apporter vos « reliques ».

 

Internet. www.trinaval.org

 

Laissez nous un commentaire